ACTUALITÉS

21 janvier 2016 | Le rôle de la RTS et du journaliste Yves Steiner dénoncés par une enquête de la presse alémanique

La Weltwoche révèle dans une longue enquête les agissements douteux et la complicité de Yves Steiner, un journaliste de la RTS entretemps passé au service de la Confédération, dans la cyber-attaque qui aurait visé deux journalistes romands en mars 2014. Elément le plus troublant: dans cette affaire, Yves Steiner est au four et au moulin. Il est à la fois le confident et le mentor d’un détective ayant été mêlé à la tentative de hacking. Yves Steiner a-t-il été pris pour cible par une cyber-attaque ou en est-il de facto l'instigateur? A la lecture de cet article, la question est tellement pressante qu’on se demande pourquoi le Ministère public genevois n’a pas mis en prévention...

lire plus

21 janvier 2016 | Dysfonctionnement massif des médias sur le dos de Dominique Giroud

L’affaire pourrait faire rire si elle n'était pas consternante. Elle illustre de manière éclatante les faiblesses d’un certain journalisme pratiqué en Suisse romande. Surtout, elle prouve une fois de plus que certains journalistes abandonnent toute retenue quand il s’agit d’enfoncer et de ridiculiser Dominique Giroud et ses sociétés. Seul problème en l’occurrence: ces journalistes se sont magistralement trompés. Tout a commencé avec une dépêche de l’ATS scandaleusement écrite par un scribaillon écervelé n’ayant rien compris à une décision du Tribunal fédéral. Dans cette dépêche, tout est faux. Et pourtant, les grands médias romands l’ont reprise sans rien vérifier et en ont rajouté pour...

lire plus

3 décembre 2015 | Comme il n’y avait rien à trouver, Dick Marty n’a rien trouvé

L’enquête de Dick Marty s’est donc achevée sur une énorme déception pour tous ceux qui espéraient y trouver la preuve que le canton du Valais est rongé par le copinage, les magouilles et les faveurs rendues à des amis au mépris des lois. Comme il fallait s’y attendre, Dick Marty affirme tout le contraire. Les institutions valaisannes fonctionnent parfaitement bien. Dominique Giroud n’a bénéficié d’aucune faveur, d’aucun passe-droit ni d’aucune bienveillance de la part du fisc. Idem au niveau politique. Rien. Nichts. « Niente », dans la langue de Dick Marty. Pour seule illustration, on citera cet extrait de son ordonnance de classement: «Aucun élément ne permet d’étayer le soupçon que des...

lire plus

4 septembre 2015 | Décision du Tribunal fédéral, une défaite qui vaut victoire

En août 2014, Dominique Giroud avait déposé un recours pour déni de justice auprès du Tribunal cantonal valaisan. Objectif avoué de la démarche: empêcher que le rapport de la COGEST, dont on disait à l’époque la publication imminente, ne viole sa sphère privée en divulguant des informations confidentielles sur son dossier fiscal. Objectif atteint. La procédure pour déni de justice a permis de recadrer la mission de la COGEST en rappelant notamment haut et fort que son enquête n’avait pas pour objet Dominique Giroud mais le fonctionnement des institutions valaisannes. Si Dominique Giroud n’avait rien fait, il est certain que la COGEST aurait cédé à la pression médiatique, outrepassé ses...

lire plus

4 août 2015 | Manipulation volontaire d’étiquettes au sein du Groupe Rouvinez

Il y a beaucoup de petites irrégularités commises dans les caves suisses soumises à une réglementation tatillonne et d’une complexité extrême. Ce sont des inadvertances involontaires qui relèvent de l’erreur humaine (voir l’actualité du 4 juin 2015), comme celles qui ont été constatées chez Dominique Giroud il y a désormais une dizaine d’années. Rien de tel dans la cave Charles Bonvin SA qui appartient au Groupe Rouvinez. Ici, c’est bien de malhonnêteté volontaire qu’il faut parler. Le directeur de la cave, André Darbellay, a donné l’ordre à ses collaborateurs de coller des étiquettes 2011 sur la cuvée 2010. On insiste bien: il ne s’agit pas d’une erreur, mais d’une malhonnêteté assumée...

lire plus

24 juin 2015 | Le zèle du Contrôle suisse du commerce des vins épinglé

Ah la pression médiatique! Combien n’y ont pas déjà cédé par le passé? Le Contrôle suisse du commerce des vins (CSCV) appartient désormais à la catégorie des faibles institutions qui s’aplatissent devant les médias. Les dirigeants du CSCV se sont affolés, ont paniqué, en ont perdu leur latin. Ils ont publié des chiffres faux et incohérents. Mieux, ils ont annoncé en juin 2015 la parution prochaine, sur le site du CSCV, d’un «complément statistique» au rapport 2014, mais ils n’ont finalement publié ni le rapport 2014, ni le complément statistique (état septembre 2015). Il faut dire qu’ils ont des choses à cacher, c’est certain. Ils n’ont pas trop envie de revenir sur leur lamentable...

lire plus