ACTUALITÉS

25 janvier 2018 | La fake news de 24 Heures qui accable Dominique Giroud

Quand un journaliste oublie les fondamentaux de son métier et ne vérifie pas ses informations, cela débouche sur une fake news. Aujourd’hui, sous la plume de Fabiano Citroni, le quotidien 24 Heures a publié une telle fake news, affirmant que Dominique Giroud avait été entendu par le procureur Patrick Schriber pour avoir commercialisé du vin étranger sous des appellations AOC Valais. C’est deux fois faux. Dominique Giroud n’a jamais été entendu par le procureur Schriber et les vins dont il est fait état ont été commercialisés en toute légalité sous la supervision du Contrôle suisse du commerce des vins. Comment en est-on arrivé là? D’abord parce que Fabiano Citroni a commis l’erreur...

lire plus

10 janvier 2017 | «Temps Présent» sévèrement condamnée par la justice

L’AIEP – organe de surveillance de la SSR – a donné raison à Dominique Giroud et, dans les considérants de sa décision du 25 août 2016, envoyé une véritable volée de bois vert à «Temps Présent». Ces considérants se lisent comme un inventaire à la Prévert des graves fautes accumulées par les journalistes de la RTS, accusés d’avoir réalisé un reportage «tendancieux qui n’a relevé que des aspects en défaveur de Dominique Giroud et rien à sa décharge», «omettant des informations essentielles pour la compréhension du public», «jetant le discrédit sur Dominique Giroud», «suscitant envers lui un sentiment de mépris», «ne respectant pas les devoirs essentiels de diligence journalistique» et dont...

lire plus

8 septembre 2016 | Nouvel étalage de médiocrité médiatique dans le dossier Giroud

Le Temps, l’ats, la RTS, 20 minutes, 24 Heures, la Tribune de Genève, Le Nouvelliste, Le Matin, etc., tous les médias sont interchangeables lorsqu’il s’agit du dossier Giroud. Il y a quelques jours (c’était le 25 août 2016), une information décisive aurait pu être diffusée dans tous ces médias. Laquelle? L’émission Temps Présent de la RTS venait, pour la première fois dans son histoire, de se faire condamner par l’autorité chargée de surveiller la SSR pour violation du droit des programmes. En substance, on reproche à cette émission d’avoir manqué d’objectivité et d’avoir sciemment conduit une opération de démontage visant à nuire à Dominique Giroud. Vous avez bien deviné: à une ou deux...

lire plus

26 août 2016 | le Tribunal fédéral se déjuge et choisit d’ignorer les arguments de Dominique Giroud

Ce n’est pas la première fois qu’une décision du Tribunal fédéral laisse perplexes les avocats de Dominique Giroud qui se demandent pourquoi la plus haute instance judiciaire du pays ignore les arguments du négociant en vins et ne retient que les faits à charge. Mais cette fois, la mauvaise foi du TF apparaît de manière particulièrement crasse. Dans un arrêté rendu le 26 août 2016, il a en effet délibérément choisi de nier l’existence d'une théorie fiscale (la théorie de la consolidation) qu’il a pourtant lui-même développée dans un arrêté devenu célèbre du 30 janvier 2006. A l’époque, cette théorie fiscale avait même fait couler beaucoup d’encre suscitant les commentaires de plusieurs...

lire plus

25 août 2016 | Temps Présent condamné pour avoir sali Dominique Giroud

Temps Présent, ça vous dit quelque chose? C’est la perle des émissions d’information en Suisse et en Europe. Une référence depuis sa création en 1969. « Du lourd », comme diraient aujourd’hui les journalistes. A ce jour, l’émission n’a jamais été condamnée pour avoir violé son devoir d’objectivité et de véracité. Elle aime d’ailleurs à s’en vanter. Ce qui s’est produit le 25 août 2016 à Aarau est donc historique: Temps Présent a été condamné pour avoir volontairement sali la réputation de Dominique Giroud dans l’émission «Affaire Giroud, du vin en eaux troubles» diffusée le 22 janvier 2015. L’organe officiel de surveillance de la RTS (l’AIEP) considère que ce reportage n’était pas du...

lire plus

25 avril 2016 | Refuser la transparence pour éviter d’alimenter le « lynchage médiatique »

Fin 2014, Dominique Giroud a été lavé par la justice du soupçon d’avoir mis du Fendant dans son St-Saphorin. Stupéfaits et déçus, les journalistes qui avaient fait campagne contre lui pendant une année ont refusé d’y croire. A leurs yeux, Dominique Giroud ne peut pas être innocent. Plusieurs d’entre eux ont demandé à pouvoir consulter l’ordonnance disculpant Dominique Giroud. Ce dernier s’y est farouchement opposé jusqu’au Tribunal fédéral, sachant pertinemment que la lecture du document aurait été faite avec la mauvaise foi habituelle des journalistes dans le seul but de dénicher de nouvelles excuses pour continuer à le «lyncher médiatiquement» (pour reprendre l’expression utilisée en...

lire plus