17 août 2014 | Chapeau

[et_pb_section fb_built= »1″ _builder_version= »4.16″ global_colors_info= »{} » theme_builder_area= »post_content »][et_pb_row _builder_version= »4.16″ background_size= »initial » background_position= »top_left » background_repeat= »repeat » global_colors_info= »{} » theme_builder_area= »post_content »][et_pb_column type= »4_4″ _builder_version= »4.16″ custom_padding= »||| » global_colors_info= »{} » custom_padding__hover= »||| » theme_builder_area= »post_content »][et_pb_text admin_label= »Texte » _builder_version= »4.19.3″ background_size= »initial » background_position= »top_left » background_repeat= »repeat » global_colors_info= »{} » theme_builder_area= »post_content »]

Dans son édition du 9 août 2014, Le Matin Dimanche affirme que Dominique Giroud a été condamné à une peine « légère » et « clémente » en matière fiscale. Le viticulteur intervient contre ce jugement de valeur unilatéral et obtient que le journal fasse une interview avec son porte-parole pour rétablir les faits. Ci-dessous, le texte de cette interview :
https://giroud.grd.agency/17-aout-2014-une-inadvertance-du-matin-dimanche/

[/et_pb_text][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section]

Dominique Giroud

Dominique Giroud

J’affronte une tempête médiatique. On m’accuse à tort d’avoir trafiqué mes vins pour m’enrichir. Les journalistes ont forcé le trait, dramatisé à outrance, critiqué sans nuances. De cette manière, ils ont entaché et peut-être ruiné à jamais ma réputation d’œnologue. Face à ces accusations, j’ai décidé de diffuser sur ce site ma version des faits.

Les lecteurs jugeront.

Partager :

Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn

Cookies

Pour améliorer votre expérience sur mon  site, nous utilisons des cookies. En cliquant sur le bouton ci-dessous, vous consentez à l’utilisation de ces cookies conformément à notre politique de confidentialité.